English Spanish Brasil Français

La rue du Chat-qui-Pêche, plus étroite rue de Paris ?

Posté le 2 août 2018 par Nicolas dans

Avec son nom pittoresque, que l’on pourrait croire sorti d’un roman de Baudelaire, la Rue du Chat-qui-Pêche parle à notre imaginaire et une drôle de légende, que nous allons vous narrer, y est rattachée. Mais ce n’est pas son seul atout puisque cette drôle de voie serait aussi l’une des rues les plus étroites de Paris, avec une largeur maximale n’excédant 1,80 mètre.

Crédit : LPLT – Wikipedia

Une rue ancienne rive gauche de Paris

La rue du Chat-qui-Pêche est fort ancienne puisqu’elle a été ouverte en 1540. Elle reliait alors la rue de la Huchette au cours de la Seine dont elle débouchait directement dans le lit. Elle arrive aujourd’hui sur le quai Saint-Michel, dont la construction débuta environ vingt ans après le percement de la rue.

Elle n’a pas toujours porté ce drôle de nom. Elle s’appelait à l’origine « rue des Étuves » et faisait référence à ces bains publics où l’on venait se laver et prendre du bon temps, si conspués par la morale chrétienne. Elle changea de nom pour s’appeler un temps « rue du Renard » puis « rue des Bouticles ». Elle doit son nom actuel à l’enseigne d’une boutique qui faisait allusion à un proverbe alors en vogue :  » aller voir pêcher les chats » se disait de quelqu’un qui  se laissait persuader facilement.

Sa longue histoire justifie son étroitesse : elle fut ouverte à une époque où les maisons, serrées les unes contre les autres, ne laissaient guère de place pour tracer de larges chaussées.

Elle fut un temps fermée par des grilles durant la première moitié du XIXème siècle avant d’être à nouveau laissé libre à la circulation.

Mythes, légendes et inspirations littéraires

Un tel nom ne pouvait qu’attiser l’imagination. Une ancienne légende raconte en effet qu’un chanoine vivait jadis ici en compagnie d’un chat noir à l’agilité proverbiale : d’un coup de patte, il pêchait les poissons de la rue. Le chanoine Dom Perlet se livrant à l’alchimie, trois étudiants y virent la marque du diable. Persuadés que l’homme et le chat ne faisaient qu’un, ils décidèrent de tuer le chat et de le jeter dans la Seine. L’alchimiste disparut, semblant les conforter dans leurs idées… Mais il reparut un peu plus tard, ayant dû s’absenter le temps d’un voyage. Quant au chat ? Un beau matin, on le vit à nouveau pêcher dans le fleuve comme si de rien n’était !

La Rue du Chat-qui-Pêche sert aussi de décor au livre du même nom écrit par Jolán Földes. Cette auteure hongroise a habité cette rue dans les années 1930 et y installe les protagonistes de son roman, une famille d’émigres hongrois qui viennent ici se reconstruire et se battre pour s’offrir une nouvelle vie, plus digne.

Parcourir la Rue du Chat-qui-Pèche

Le principal intérêt de cette rue est son étroitesse. Longue de 29 mètres, elle est parcourue par les touristes et les curieux séduits par son caractère authentique. Profitez de votre visite de l’île de la Cité et de la Cathédrale Notre Dame de Paris pour traverser la Seine par le Petit Pont – Cardinal Lustiger. Vous repérerez la rue du Chat-qui-Pèche à hauteur du numéro 9 du quai Saint-Michel. En l’empruntant, vous déboucherez dans la touristique rue de la Huchette avec ses restaurants et ses magasins de souvenirs.

L’accès le plus facile en transports en commun est la station de métro Saint Michel (ligne 4).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *