English Spanish Brasil Français

Le nouveau palais de justice de Paris sort de terre

Posté le 19 mai 2015 par Maëlys dans

Le futur Palais de Justice à Paris

Visage neuf et panorama inédit pour la ville lumière

La capitale française va commencer à voir s’élever de terre un bâtiment de première importance mêlant le verre, les jardins suspendus et l’acier. Culminant à 160 mètres, ce nouveau gratte-ciel sera le plus haut bâtiment habité de Paris après la Tour Montparnasse – construite il y a 41 ans – et ses 210 mètres.

Portrait du futur palais de justice

Un « monument » composé de quatre ensembles de verre superposés ornés de jardins suspendus, mais aussi une superficie de 120 000 m² et une hauteur de 160 mètres, telle sera l’image du nouveau palais de justice de Paris. La première pierre a été posée ce mercredi 6 mai marquant le démarrage du gros œuvre. L’architecte de renom Renzo Piano est notamment l’un des créateurs du centre Georges-Pompidou et se trouve à l’origine du Centre Culturel Jean-Marie Tjibaou à Nouméa. Par cette création, la « skyline » de la capitale va ainsi beaucoup évoluer.

Créée pour remplacer partiellement le palais historique de l’Île de la Cité (Ier et IVème), la future cité judiciaire regroupera à elle seule cinq services du tribunal de grande instance (TGI). Elle s’installera au cœur du nouvel éco-quartier des Batignolles, à proximité de la porte de Clichy, dans le XVIIème arrondissement. L’écrin architectural comprendra également, sur 30 000 m², les nouveaux locaux de la police judiciaire du mythique 36, quai des Orfèvres et une maison de l’ordre des avocats (MODA) de 6 000 m². L’exiguïté des locaux s’effaçant, les cours d’appel et de cassation resteront en revanche dans l’ancien palais de justice.

Quelque 8 000 à 9 000 personnes devraient chaque jour fréquenter ce bâtiment d’architecture novatrice. Il symbolisera la luminosité, la transparence et l’ouverture vers le Grand Paris du XXIème siècle. L’accueil du public se fera par un parvis de 6 000 m² révélant le socle en verre du bâtiment. La base abritera notamment 90 salles d’audience, dont deux d’entre elles seront dimensionnées pour héberger les grands procès de « masse ». Les volumes supérieurs accueilleront les services du parquet, de l’instruction et de la présidence. En déplaçant un centre de pouvoir vers la périphérie, le géant de verre renforcera également les liens entre Paris et ses voisines.

Un modèle de développement durable

Selon les élus, la construction du nouveau palais de justice est la preuve que les immeubles de grande hauteur ne sont pas les ennemis de l’écologie. Environ un hectare de jardins suspendus viendra adoucir la structure ultramoderne et lumineuse de cette ville verticale. La bioclimatique de cette tour permettra de consommer deux fois moins d’énergie que les réalisations les plus innovantes de la Défense. Le projet de la tour Triangle de 180 mètres pourrait ainsi être réadapté en des termes écologiques et réapparaître.

Les réticences vis-à-vis des projets novateurs, dont on craint qu’ils altèrent l’âme de Paris, ne datent en effet pas d’hier. Les batailles pour la Fondation Louis Vuitton ou la pyramide du Louvre en sont des exemples. La construction de la tour Eiffel, symbole actuel de Paris, fut elle-même à l’origine d’une révolte en 1889. A quoi ressemblera Paris dans les prochaines années ? La nouvelle cité judiciaire, dont la livraison est prévue à l’été 2017, en sera un de ses nouveaux visages. Silhouette élégante s’élançant vers le ciel, elle offrira une vue exceptionnelle sur la capitale.

Laisser un commentaire